« Laissez-moi tranquille » le cri de détresse qu’adresse Macron aux gilets jaunes - Libéraphion
462
post-template-default,single,single-post,postid-462,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-12.1.1,qode-theme-bridge,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

« Laissez-moi tranquille » le cri de détresse qu’adresse Macron aux gilets jaunes

Alors que le Président de la République peine à passer des vacances décentes à Saint-Tropez, les gilets jaunes continuent leurs menaces à l’égard de ce dernier.  « Chacune et chacun doit faire preuve de discipline et du respect qui m’est dût, non à moi, mais à la fonction que j’occupe » a dit Emmanuel Macron, apparemment ému. « Les gilets jaunes veulent me destituer, est-ce seulement humain de s’acharner à faire perdre son emploi à un homme ? » ajoute la victime des bourreaux jaunes.

S’il est vrai que la destitution d’un président est possible par l’article 68 de la constitution, il n’en demeure pas moins que de la mettre en œuvre ferait licencier un fonctionnaire et donc augmenterait les statistiques du chômage.

C’est donc par cette supplication que le Président s’adresse aux manifestants : « laissez-moi tranquille, je veux passer de bonnes fêtes. Déjà que mon anniversaire a presque été entaché par ces prolos sauvages, ne pas me laisser me reposer de mon labeur serait une faute grave de ces gens qui ne sont que crasse ».

Espérons que ce message d’en haut soit entendu par ceux d’en bas…