[DISCRIMINATION] Un restaurant chinois accusé de n'employer « que des chinois » - Libéraphion
389
post-template-default,single,single-post,postid-389,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-12.1.1,qode-theme-bridge,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

[DISCRIMINATION] Un restaurant chinois accusé de n’employer « que des chinois »

Maxence Bourriot, 38 ans, se rendait tranquillement avec des amis au restaurant chinois « le palais des mille saveurs » dans le 13ième arrondissement. Membre de SOS Racisme, il sortait justement d’un colloque de l’association intitulé « Représentation des personnes issues de la diversité enrichissante dans l’histoire de France ». Alors attablé avec ses amis, il remarque une chose hors du commun : tous les serveurs du restaurant étaient asiatiques ! Ne croyant pas à une coïncidence, il porte plainte pour « non-intégration salariale de personne issue de la diversité enrichissante.»

« Nous ne sommes pas du tout racistes ! On a même eu un employé vietnamien une fois ! » nous confie Tchang Tsingtao, le gérant du restaurant. « C’est juste que pour un soucis d’authenticité, nous n’avons employé que des serveurs asiatiques. »

Maxence Bourriot aimerait que ce cas serve d’exemple. « Il faut que dans chaque restaurant il y ait des serveurs issus de toutes les communautés : des serveurs Cochinchinois, Malgaches, Marocains, Sénégalais … La cuisine chinoise n’appartient pas aux chinois mais au monde. D’ailleurs, nous aimerions aussi qu’on en finisse avec ces restaurants ultra-identitaires : les restaurants chinois, japonais, marocains, italiens. C’est un véritable apartheid ! C’est le palais des mille saveurs mais comment ils font quand quelqu’un veut un couscous ou un poulet mafé ? Et bah ils ne le font pas parce que ça ne fait partie de la « cuisine chinoise ». Aujourd’hui, dans des restaurants de la République, des plats issues de cultures opprimées ne sont pas intégrés dans des cuisines issues de cultures dominantes. C’est ignoble ! »

Nous rappelons aussi que les chinois du Japon étaient, comme par hasard, alliés avec les nazis …